Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Émy

Ōkami - Repères historiques et mythologiques

28 Septembre 2009, 20:40pm

Publié par Émy

Ce qui fait la particularité du jeu Ōkami est sans nul doute la multitude de références au folklore, à l'histoire et aux mythologies Wa* et Aïnou.
*J'utilise le mot Wa (même si je ne suis pas sûre de bien l'utiliser) pour distinguer les Aïnu des autres Japonais.

•    Les divinités :

Amaterasu — 天照 : Aussi nommée Amaterasu Ō-mi-Kami 天照大神/天照皇大神, elle est la « Grande Auguste Divinité qui illumine le Ciel » ; telle Athéna née du crâne de son père Zeus, Amaterasu est née de l’œil gauche d’Izanagi. Celui-ci lui confia un collier de perles, symbole de la souveraineté, en même temps que le règne sur les Plaines Célestes. D’après la mythologie japonaise, elle est l’ancêtre le la lignée impériale nippon.

Sakuya et l’arbre Konohana ne forment qu’une seule et même entité ; Ko-no-hana-no-sakuya — 木花咲耶/木花之佐久夜/木花開耶 « Sakuya, l’enfant fleurs », de son vrai nom : Ko no hana sakuya hime no mikoto — 木花開耶姫命 « Sakuya Mikoto, princesse- fleurs ». Elle est l’arrière petite-fille d’Amaterasu.

Susanō : Dans la mythologie shinto, Susano-o no Mikoto — 須佐之男命/須佐之男の尊« l’Auguste Mâle Impétueux » — est le petit frère turbulent d’Amaterasu. Il est né du nez d’Izanagi après sa sœur, alors que ce dernier se purifiait après son retour des enfers. Lors du partage des pouvoir par leur père, Susano-o fut désigné pour régner sur l’océan.


Izanami et Izanagi — 伊弉諾/伊邪那岐: Divinités originelles du shinto, Izanami no Mikoto « l'Auguste Femelle », et Izanagi no Mikoto, « l'Auguste Mâle » sont, à l’instar d’Iris et d’Osiris ou de Zeus et Héra, à la fois frères et sœur et époux. Ils sont à l’origine de la formation de l’archipel japonais.

Kamui :
Les Kamui (en français : « Kamuy ») sont des divinités Aïnu.

Okikurumi : Héros Aïnu par excellence, ce kamuy est plus connu sous le nom d’Ae-oina Kamui ou encore
Ainu Rakkur. Il est souvent considéré comme étant le premier ancêtre des Aïnu. Il fut envoyé sur Terre pour enseigner aux hommes la chasse, la cuisine, la pêche, et autres arts domestiques.

Les Koropokkuru : Il s’agit de kamuy de la taille d’un pied d’enfant habitant dans des plantes ou sous terre. Ces petits êtres agiles et bons pêcheurs ont horreurs d’être vus.



•    Les personnages historiques et mythologiques :

La reine Himiko — 卑弥呼 : D’après des écrits chinois « L'Histoire des Han antérieurs » datant du Ier siècle, la reine Himiko serait une souveraine à la tête du pays de Yamatai — 邪馬台国 — (dans le Yamato) dans la première moitié du IIIème siècle ; le Japon étant divisé en près de 100 principautés à l’époque.
Cette reine, dit-on, n'avait point d'époux et s'en remettait à son frère pour les affaires du gouvernement. Elle s'adonnait à la voix des esprits et savait abuser son peuple au moyen d'illusions.

Ushiwaka : Ushiwakamaru —  牛若丸 — est le nom que portait Minamoto no Yoshitsune — 源義経 — (1159-1189) durant son enfance. Yoshitsune était samurai et général des armées du XIIème siècle. Il était aussi le demi-frère de Minamoto no Yoritomo — 源頼朝 — qui a été le premier shōgun du Japon en 1192.
Trahi par son demi-frère, il se fera seppuku en 1189.

Benkei — 弁慶 : Son nom complet est Saitō Musashibō Benkei — 西塔武蔵坊弁慶 — (1155 - 1189). Il était un moine-guerrier des montagnes —  僧兵(Sōhei) « 僧 « Sō » = Moine, 兵 « Tsuwamono » = guerrier ; 山伏 (Yamabushi) « Moine montagnard itinérant ». Décrit comme un homme très fort, très grand et loyal, il est surtout connu pour avoir été le compagnon de guerre de Minamoto no Yoshitsune, avec qui il partagera le même destin.
La légende voudrait qu’il soit mort debout, transpercé d’une multitude de flèches. Aucune source historique fiable pourtant (excepté la chronique du shōgunat de Kamakura 鎌倉幕府, l’Azuma Kagami), ne mentionne son existence.

Kusanagi : Ama no murakumo no tsurugi (天叢雲剣, littéralement « Épée qui assemble les nuages célestes »),  est une épée légendaire offerte à Amaterasu par Susanō après que celui-ci ait vaincu Yamata-no-Orochi —八岐の大蛇 — et extrait l’épée d’une des huit queues de ce dernier. L’épée, initialement nommée Kusanagi no Tsurugi — 草薙の剣 — est l’un des trois emblèmes du pouvoir impérial — 三種の神器 « Les trois trésors sacrés » — avec le miroir (Yata no kagami — 八咫鏡 —) qui symbolise la sagesse et le joyau magatame ( Yasakani no magatama — 八尺瓊曲玉 —) qui représente la bienveillance. L’épée, quant à elle, est le symbole de la valeur.

Kushinada : Il s’agit de la fille d’un dieu local : Ashinazuchi — 脚摩乳 ou足名椎 — ayant pour épouse Tenazuchi — 足名椎命 ou 脚摩乳. Ce couple de personnes âgées voyait chaque année une de leur huit filles dévorée par le serpent monstrueux Yamata no Orochi —八岐の大蛇. Leur dernière enfant, Kushinada — 奇稲田姫 (Kushinada Hime « Princesse Kushinada ») — fut sauvée de son sort tragique par Susanoo no Mikoto qui demanda sa main en guise de récompense.

•    Contes et légendes :

Kaguya : Le princesse de la lune, Kaguya — かぐや姫 — est l’héroïne d’un recueil de sept contes intitulé : « Le conte du coupeur de bambou » — 竹取物語 « Taketori no Monogatari ». Il existe plusieurs versions de cette histoire, à peu près aussi tragiques les unes que les autres.
Le Taketori monogatari est considéré comme étant l’ancêtre des romans japonais (À mon avis, c’est aussi le premier qui parle d’extra-terrestres autres que des dieux, sauf erreur de ma part).

Issun : Le conte Issun Boshi — 一寸法師 — est l’équivalent japonais de « Tom Pouce ».

Urashima Tarō 浦島太郎 : Héros du conte « Urashima taro et la déesse de l’océan », Urashima Tarō est un pêcheur vertueux qui sauvera une tortue d’une mort certaine et se verra récompensé par une visite dans le royaume des mers où il épousera la belle princesse des lieux.

Momotarō — 桃太郎 : Encore une fois, il s’agit d’un conte japonais. Le héros est un petit garçon nommé Tarō — 太郎 (prénom qui fut très populaire, mais qui est aujourd’hui considéré comme relativement ringard), né dans une pêche — 桃 « momo », très fort, mais très paresseux. Il finira par faire ses preuves en allant combattre des Oni sur leur Île avec l’aide d’un chien, d’un singe et d’un faisan.

La princesse Fuse et les huit guerriers canins : Ces personnages apparaissent dans un roman-fleuve écrit par Kyokutei Bakin (1814-1841) contenant neuf parties réparties dans cent six volumes, est particulièrement célèbre au Japon. Le titre original de cette saga est Nansô Satomi Hakkenden — 南総里見八犬伝 « Le dit des huit chiens de Satomi Nansō ».
L’histoire est celle de la princesse Fuse — 伏姫 —, dont le père, le seigneur de Satomi : Yoshizane —里見義実 « Satomi Yoshizane » —, promet de façon légère de donner sa fille en mariage à son chien Yatsufusa —八房 — s’il apportait la tête de son ennemi Kagetsura Anzai — 安西景連 « Anzai Kagatsura » —. Pour son plus grand malheur, Yatsufusa s’acquitte de cette tâche et rapporte la tête d’Anzai. Malgré le refus de son père, Fuse épousera Yatsufusa et fuira avec lui dans les montagnes où ils vivront une année, avant qu’ils ne soient tués par l’ancien fiancé de Fuse : Kanamari Daisuke — 金碗大輔.
C’est là que 8 perles s’envoleront du chapelet de Fuse qui en contenait 108. Ces perles, portant chacune une des huit vertus fondamentales du confucianisme seront dispersées et se retrouveront aux mains de nouveaux-nés. Chacun de ces nouveau-nés portera un nom commençant par le Kanji « 犬 », signifiant « chien », matérialisant ainsi une malédiction lancé par un démon à l’encontre de Yoshizane ; leur nom contiendra aussi le kanji correspondant à la vertu qui leur est associée et qui sera, de fait, leur surnom :
•    Inue Shunbē Masashi —犬江 親兵衛 仁 — Il représente la charité, la bonté 「」 « Jin »
•    Inukawa Sōsuke Yoshitō — 犬川 莊助 義任 — qui incarne l’honneur, la moralité et la justice 「」 « Gi »
•    Inumura Daikaku Machinori — 犬村 大角 禮儀 — dont la vertu est la courtoisie 「」« Rei »
•    Inuzaka Keno Tanetomo — 犬阪 毛野 胤智 — le représentant de la raison et de la sagesse 「」« Chi »
•    Inuyama Dōsetsu Tadatomo — 犬山 道節 忠與 — Il est l’incarnation de la loyauté 「」« Chū »
•    Inukai Genpachi Nobumichi — 犬飼 現八 信道 — possesseur de la foi et de la sincérité 「」« Shin »
•    Inuzuka Shino Moritaka — 犬塚 信乃 戍孝 — Ses vertus sont : la piété filiale et la dévotion 「」« Kō »
•    Inuta Kobungo Yasuyorishi — 犬田 小文吾 悌順 — Incarnant l’amour fraternel 「」« Tei ».
Aucune traduction complète n'existe à ce jour.

•    Les monstres :

(Yamata no) Orochi — 八岐の大蛇 : Monstre de légende possédant huit têtes et huit queues, il terrorise les époux Ashinazuchi — 脚摩乳 ou 足名椎 — et Tenazuchi — 足名椎命 ou 脚摩乳 — en dévorant chaque année une de leur huit filles.
Son corps est si imposant que chacune de ses queues forme une vallée, ses têtes dessinent huit montagnes. De plus, des arbres et de la mousse lui poussent dessus.
Il fut vaincu par Susanoo, qui l’enivra de saké et lui trancha les têtes une fois qu’il fut endormi. Il avait dans une de ses queues l’épée Kusanagi no Tsurugi —草薙の剣 — qui fut donnée à Amaterasu.


Jorōgumo — 女郎蜘蛛: Yōkai dont le nom signifie : « Prostituée araignée » — 女郎 Jorō « prostituée »  蜘蛛 kumo « araignée ».
D’apparence très belles, elles peuvent — partiellement ou entièrement — se transformer en araignées géantes au moment de dévorer leur proies ou lorsqu’elles sont menacées.

Kyūbi — 九尾 : Le renard à neuf queues — 九尾の狐  Kyūbi no Kitsune « Renard à neuf queues » — appartient à la famille des Kitsune. À l’instar des Tanuki — 狸 —  et des Tengu —天狗, ils ont la capacité de changer de forme selon leur gré. Les Kitsune, qui n’ont pas forcément neuf queues, sont des esprits envoyés de la déesse Inari — 稲荷 — c’est essentiellement le cas lorsqu’ils sont blancs.
À l’origine divinité du riz, Inari fut très rapidement invoquée pour d’autres motifs, reléguant presque au second plan son rôle originel. De plus, les deux entités ont plus ou moins fini par se confondre l’une avec l’autre avec le temps.
Les Kitsune prennent souvent l’apparence d’une très jolie jeune femme. Autrement, ils peuvent mêler leur  esprit à celui d'un nourrisson, ou s’emparer de l’esprit d’une personne.
Selon l’élément avec lequel un Kitsune a le plus d’affinité (Vent, Terre, Feu, Rivières, Cieux, Tonnerre, Montagnes, Vide, Esprits, Temps, Forêts, Océan, Musique), la personnalité d’un individu peut être totalement opposé à celle d’un autre esprit de la même espèce.

•    Les lieux

Seian : Il s’agit de la prononciation japonaise du nom actuel d’une ville chinoise : Xian (西安 « paix de l’ouest ») , autrefois nommée Chang’An (長安 « Longue tranquillité ») — prononcé Daikō en japonais et signifiant « La Grande Prospérité ». Les Japonais ont pris cette cité pour modèle pour créer l’ancienne Kyoto en 794 — baptisée Heian-Kyō « la capitale de la paix et de la tranquillité » à cette époque.

Yamato : Le Yamato est, en quelques sortes, le « berceau » de l’impérialisme japonais, qui naît aux environs de l’an 600. L’emplacement de la province de la cour du Yamato se trouve dans la région de l’actuelle Nara, non loin de Kyoto.



Sources : Wikipédia, Les encyclopédies Encarta et Universalis, Larousse, les cours d’histoire de Nathalie Kouamé, professeur à l’INALCO, le "Dictionnaire historique du Japon" par Seiichi Iwao,Teizō Iyanaga, mythologica.fr, goma.fr, onmarkproductions.com, kotoba.free.fr, mars.chez-alice.fr, Sciences Humaines.com, Esoblogs, "Religion, Myth and Folklore in the World's Epics: Kalevala and Its Predecessors" par Lauri Honko.

Images : Ukiyoe-gallery.com, galerie d'
Okinawa Soba sur Flickr (Images d'Aïnu), Teru.twincle.net, redfox112.sakura.ne.jp, kuniyoshiproject.com, Wikipedia Commons

Commenter cet article

Urashimakeitaro 11/10/2009 11:11


Merci pour cet article qui m'a beaucoup appris!


Diddu 29/09/2009 22:46


Félicitations pour ton article. Comme je te le disais dans mon commentaire précédent, ce sont les références que fait le jeu aux mythes, contes et légendes qui m'intéressent le plus. J'ai essayé
sur mon blog de mettre en rapport le mythe original avec celui présenté dans Okami. Je n'ai publié pour le moment que les articles en lien avec la religion shintoïste, mais je m'apprête à publié
une nouvelle série consacrée aux contes traditionnels japonais. Voici l'adresse pour les références mythologiques http://experience-japon.over-blog.com/article-35277181.html
Je trouve que de ce point de vue, nos 2 blogs se complètent bien.